Publié par Un commentaire

Lire sa notice de machine à coudre pour y trouver des astuces

Les 10 commandements de la couture – 1er

Les commandements de la couture, c’est très solennel.
Oui mais parfois il faut en arriver là pour éviter les embuches. Comme le dit le proverbe basque « Tiens-toi avec Dieu, Dieu sera avec toi ». Pour la couture, c’est un peu la même mayonnaise.
Donc avant de tomber dans les tréfonds du désespoir suite à quelques déconvenues avec du tissu, voyons quels sont les bonnes pratiques à garder en tête.

2 notices de machine à coudre avec texte superposé "les 10 commandements de la couture - 1er commandement"
Pas le temps de me lire, épingles-moi

 

Commandements ou astuces, c’est un peu la même chose en couture, non ?

Certes mais là, je ne vais pas vous dire comment faire chose ou autre, il y a d’autres articles pour ça.
Passons à nos commandements de la couture, le dogme que chacun/e devrait connaitre 😉
On va plutôt se concentrer sur les « règles » à avoir pour éviter de balancer la machine à coudre, la future robe et tous les accessoires par sa fenêtre, une veille de mariage.
Ou le rembourrage, le gamin et la future peluche, parce qu’on y a toute pensé un jour, même si c’est la chair de notre chair que nous aimons très fort de notre petit cœur.

C’est qu’en voyant les autres, de prime abord, tout semble facile. Et pourtant, il y a un apprentissage du savoir-faire et du savoir-être [face à la difficulté] à connaitre.
L’adage dit que « c’est en forgeant qu’on devient forgeron ». Mais si toi, non plus, tu n’as pas envie de passer des années à te prendre des coups de marteau sur les doigts pour comprendre comment faire, on va passez à l’étape « suis les consignes et tu progressera plus vite ».

La notice de ta machine à coudre, VÉRITABLEMENT, tu lira.

Ceci est le premier commandement.
C’est qu’il n’est pas donné à toutes d’avoir la science infusée dans un crâne qui sert de tasse. Si tu fais partie de cette espèce si rare, on cherche de la main d’œuvre à la NASA.
Pour les autres, il y a des pré-requis avant d’utiliser une nouvelle machine. C’est que chacune diffère de la marque d’à coté.

Les constructeurs aiment avoir leur petite spécificité. Et ça peut rendre zinzin de trouver comment faire une chose simple d’une machine à une autre.
Savez-vous déjà que les Singer, l’une des marques les plus connues, n’utilisent pas les mêmes aiguilles que toutes les autres marques de machine à coudre. Et encore, pas sur toutes leurs machines.
Oui, il y a des aiguilles à talon plat et d’autres à talon rond. Le talon, c’est le bout que tu rentres dans le trou avant de serrer/visser la molette pour que l’aiguille reste en place.
Je disais donc que les talons ronds sont pour les vieilles machines à coudre. Cependant il vaut mieux vérifier que d’acheter inutilement. Une fois le paquet ouvert, la mercière n’en voudra plus. Et c’est pas Tata Francine qui va te les prendre pour en faire une tarte aux pommes.

En couture, c’est comme en mécanique: il faut connaitre son outil !

Quant aux éternelles questions de comment régler la tension du fil inférieur. Ou celle de la fréquence de graissage des divers éléments mobiles. Devines quoi, les réponses se trouvent dans les notices.
Pour l’huilage sur des machines modernes, je peux vous dire qu’il convient de ne pas le faire et de juste dépoussiérer. L’atelier de maintenance est en mesure d’appliquer l’huile adéquate. Bien sur, si vous pensez à y emmener votre chère et tendre en machine en thalasso environ tous les 2 ans.
Et si comme moi, vous avez l’idée lumineusement gazeuse d’utiliser une vieille de chez vieille qui ne connait pas le concept d’électricité, la recommandation est bien inscrite sur le fascicule. « Huiler systématiquement avant toute utilisation et régulièrement même en période d’inutilisation ».
Comme quoi, la notice peut faire toute la différence entre une machine grippée, noyée ou fonctionnelle.

Sur ce, je vous laisse potasser votre nouveau livre de chevet, en espérant que vous y trouverez plein d’astuces qui vous mettront en joie.

2 notices de machine à coudre avec texte superposé "les 10 commandements de la couture - 1er commandement"
Pour me retrouver, épingles-moi

Si tu en veux plus, il y a le commandement 2 qui t’attend juste là (clic).
Ou alors, tu peux t’abonner à mes petits courriers par ici.

Est-ce que tu avais déjà lu la notice de ta machine ? As-tu appris de nouvelles choses en la lisant ?
Dis-le moi en commentaires (si tu trouves pas la zone d’écriture, il y a un accès « laisser un commentaire » au-dessus du titre).

Publié par Laisser un commentaire

Décorer ses poids

Pour la couture, j’utilise des poids afin de stabiliser mes patrons sur les tissus. C’est peut être aussi votre cas.

Dans le but de faire des économies de temps et d’argent, j’avais acheté des rondelles métalliques (diamètre 4,5 cm) au magasin de bricolage du coin. C’était très pratique car tout ce qui rentrait dans le petit sachet était à un prix fixe de l’ordre de moins de 10€ (peut être même moins de 5€ mais je ne sais plus exactement). Cette solution est très efficace.

patron + poids de couture
Utilisation des rondelles en tant que poids de couture

Par contre, il s’est avéré que j’étais allergique à sa composition. Je ne peux pas vous dire quel métal exactement car je n’ai pas envie de me gratter le dos toute une semaine pour avoir les résultats du test dermatologiques. Au passage, j’ai la même réaction avec les zips métalliques. Sans doute le même chenapan ^^

Se protéger du métal

Voici un tutoriel pour vous protéger du métal de vos rondelles tout en leur donnant un look unique.
C’est à la fois pratique en cas d’allergie et aussi pour les personnaliser. Choisissez le biais qui vous plait et variez si l’envie vous le dit.

Rondelle + biais + fil (ou colle) + pince

Matériel:

– rondelle(s)
– 40 cm de biais par rondelle
– pince de couture
– fil + aiguille OU colle

La rondelle, objet du délit !

.

Pliez le bout du biais, environ 0,5 cm à l’intérieur de votre rondelle de métal.

Avec l’autre extrémité, repassez dans l’anneau par l’arrière.

Tirez bien le tout pour que le biais suive le métal, en décalant légèrement d’un coté. J’ai tourné vers la droite.

Répétez l’opération pour recouvrir toute la rondelle.

Quand la totalité du métal est couvert, coupez votre biais pour qu’il en reste moins d’1 cm.

Repliez cette extrémité sur elle-même (envers contre envers).

Fixez ce bout avec quelques points de couture à la main (points invisibles tout autour) ou avec un peu de colle.

Et voilà, vous avez de jolis poids de couture tout en biais.

Si vous souhaitez conserver ce tuto, épinglez-le sur Pinterest.

Si vous réalisez de jolis poids couverts de biais, montrez-moi le résultat 😉

[Savoir quand sera publié le prochain tutoriel ? Abonnes-toi à mes mails (clic)]